* COMPTE-RENDU de l’ASSEMBLEE GENERALE VESOUL le 24 Septembre 2011.

Geneviève CELANT-AUDUBERTEAU.

Chevalier de la Légion d’ Honneur 

Assemblée Générale de la FPASVV du 24 Septembre 2011.

Compte rendu de notre correspondante de VERDUN .

Mme Nelly DULCY.

 

L’assemblée Générale de la Fédération Prévention Aide, Soutien aux victimes de Violence et de l’Enfance Assassinée s’est tenue le 24 Septembre 2011 en la Mairie de VESOUL sous la présidence d’honneur de M Michel RAISON , Député Maire de LUXEUIL Les BAINS.

Membres du bureau présents :

* Geneviève CELANT-AUDUBERTEAU, Présidente de la Fédération.

* Le Docteur Francis ELSAYED, Vice- Président.

* Nadège GALLOTTE, Trésorière.

* Laura DUPAS, Juriste.

* Le Professeur Bernard RICBOURG.

* Le Docteur  Psychiatre Larissa KOSAKEVITCH-RICBOURG

* Invités représentants le Maire de VESOUL excusé.

Mr Stéphane PINI, Principal du Collège de GRAY , chargé de mission de la Jeunesse et des Sports et de l’Enseignement Supérieur. Adjoint à la ville de VESOUL.

Mme Lynda BOUDGEMA, Directrice de la Maison d’ Arrêt de VESOUL, d’autant plus appréciée car elle représente la double symbolique des détenus et des victimes. Merci à elle.

Ouverture de la séance à 10h 45 par Madame la Présidente.

 Madame la Présidente remercie les personnes ici présentes mais déplore le nombre important des absents, ayant reçu 60 procurations.

Néanmoins à la défense des absents, Mme CELANT reconnaît que les familles des victimes sont situées sur tout le territoire français, il n’est pas toujours très facile de se déplacer à ses frais tout en soulignant la  .présence de familles venants de BEZIERS, de STUTTGARD en Allemagne et de LILLE.

Il est toutefois navrant de voir que l’enthousiasme et la motivation s’étiolent au fil du temps, est-ce par fatigue ou par résignation devant l’inertie des responsables et des pouvoirs publics, la question est posée mais reste sans réponse.

Suivent les rappels de cas douloureux de familles ou de parents qui ont perdu leur proche ou leur enfant. L’évocation de chaque cas, outre la douleur, met en évidence l’incurie du système et la fausse transcription du terme de perpétuité qui n’existe pas.

Perpétuité devrait signifier :<< à vie :>> La réalité est tout autre, une peine évaluée moins les remises de peine permettent à un meurtrier de sortir relativement vite de prison, ce qui est une agression supplémentaire pour les familles qui ne peuvent admettre cette injustice à leur égard. La France est le seul pays à pratiquer ce système.( intervention de Mme Annick DE MUER pour expliquer sa colère et son attente de la décision du parquet de DOUAI. L’assassin de sa fille ANASTASIA, est sorti de prison après 8 ans au lieu de 15 ou il a été condamné et il réside à quelques mètres de chez elle. Intolérable. Sa révolte est légitime.)

Vient alors la réflexion sur la notion de la prévention et de son rôle primordial, il est difficilement admissible d’accepter de nouveaux crimes chaque jour qui passe.

Mme La Présidente rappelle son expérience au niveau des prisons et ses rencontres avec des détenus afin de comprendre ou d’essayer de comprendre ce qui les a poussés à l’irréparable. Si certains admettent, d’autres sont totalement hermétiques à une quelconque idée de repentance. Ce comportement permet de poser la question de savoir si ce dialogue de désarroi à l’égard des victimes. La réponse reste ne suspens.

Mme la Trésorière présente le bilan financier largement positif, équilibré grâce aux adhérents cotisants même si sur les 200 , seuls 130 n’oublient pas d’envoyer leur chèque, mais également grâce aux subventions, à noter les 1500 euros de la Mai                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            .rie de VESOUL, les 1000 euros de M. le Député Maire de LUXEUIL LES BAINS Michel RAISON…

Le plus gros poste de dépenses est celui des nombreux déplacements de Mme la Présidente en séance de travail auprès des ministères et pour soutenir les familles lors des procès , le prochain étant à NICE à partir du 3 Octobre ( Avion 109 e). Frais d’hébergement et de restauration sous le couvert à tarif modéré de la Gendarmerie).Procès de 2 semaines.

 En dépit des efforts d’économie et de la reconnaissance de la Fédération d’intérêt Général, d’utilité publique,  ce qui permet certains remboursements lors des séances de travail en collaboration avec l’INAVEM.

A noter le bénévolat de Maître Franck GARDIEN qui ne compte pas le temps passé à aider et à répondre aux multiples questions des uns et des autres, donnant ses conseils par l’intermédiaire de la Fédération. Il est évident que les problèmes financiers handicapent le fonctionnement et le bon vouloir des administrateurs, l’exemple tout récent est le semi marathon de MARCQ EN BAROEUL difficile à renouveler au regard des dépenses ( 600 E).

A ce sujet, il faut souligner la présence des marathoniens qui avaient pour seul objectif : courir pour Natacha.

Projection de photographies et documents rappelant les actions de la Fédération et de sa présidente et collaborateurs au cours de l’année écoulée.

Parmi ceux-ci, un article, l’article 2 du code pénal, pose polémique, en effet la Fédération ne pourrait être partie civile lors d’un procès que si la victime le souhaite, comment faire quand la victime n’est plus suite à son décès. La décision devrait revenir à l’approbation des avocats,  du président de la cour d’assises, à suivre…

Différentes questions sont ensuite à l’ordre du jour :

Le cas de l’Institut pour la Justice qui sème le trouble entre les instances officielles et le site de Journalistes ( Détective) aussi des dons sont versés en faveur de cet institut sans un véritable contrôle de gestion ( estimation 1 M . E !!). Les responsables se servent de personnalités ou de familles de victimes pour asseoir et accréditer leur pouvoir.

En accord pour collaborer dans la clarté et  le sens de l’intérêt des victimes.

Cas du Sénateur LECERF chargé de la réforme de la justice pénale qui a débouté toutes les demandes du député Jean-Paul GARRAUD. A suivre…

Un moment très fort est la prise de parole de Mr . Pierre SCHNEIDER suite à des réflexions de M. Yves MOUGEL.

M. et Mme SCHNEIDER ont perdu leur fils Yvan 19 ans, brillant handballeur, assassiné il y a 4 ans,  à STUTTGARD, par un jeune de 18 ans et 3 autres auteurs majeurs dont une mineur.

Le procès n’a pu se faire en France en dépit de la nationalité du défunt et de sa famille, ceci impliquant des lois et des peines infligées différentes, la peine d’emprisonnement maximale est de 10 ans en Allemagne contre 30 ans en France, entre autres divergences. La Présidente était intervenue à l’issue du procès devant les télévisions pour demander une coordination de la justice à l’heure de l’EUROPE.

M. SCHNEIDER a su trouver les mots justes pour évoquer le discernement totalement neutralisé par la douleur, le traumatisme émotionnel qui aveugle et la grande solitude malgré la présence des amis qui sont là pour aider à la reconstruction psychique.

Le temps n’efface pas mais il permet de vivre avec le souvenir et de lutter avec patience et espoir.

Il faut se battre pour mettre en place une prévention juste et efficace, faire  tout un travail pour essayer d’éviter ces drames et surtout mettre les politiques face à leurs responsabilités à l égard de gens, des explosifs, qui n’ont plus rien à faire dans notre société.

M. SCHNEIDER loue l’importance de la Fédération démontrant que ce genre de structure mérite beaucoup plus de reconnaissance.

Son témoignage a marqué toute l’assemblée, il était éprouvant et poignant mais tellement lucide par le choix de ses mots et ses paroles de générosité malgré et en dépit du drame vécu.

Question : Prévention ? Soin ? Sanction ? Pour quel individu ?

Pendant les paroles d’apaisement de M. SCHNEIDER, plusieurs interventions de M. MOUGEL qui ne peut maîtriser ses sentiments ce qui amène la Présidente à faire remarquer qu’il faut beaucoup de diplomatie et de retenu pour faire passer ses idées et leurs messages et ainsi faire avancer les droits des victimes.

Ce n’est pas toujours facile.

Mme La Présidente donne la parole au Vice-Président, le Docteur Francis ELSAYED qui remercie les présents démontrant, si besoin était, que la place de la victime n’a cessé de se renforcer. La victime présente ou non est devenu un acteur du procès. Il faut lui reconnaître les mêmes droits que ceux des accusés qui parfois sont mieux traités.

Vient ensuite un émouvant plaidoyer sur les conséquences des violences sur les enfants.

La parole est donnée à Mr. Stéphane PINI.

Il exprime son émotion face à ce double sentiment qui ressort des débats : La douleur et la colère.

Il pose la question de la notion et de la durée de la perpétuité, vocabulaire impropre eu égard au fonctionnement et à la mise en place des remises de peine. La perpétuité devrait être appliquée.

Il déplore également la durée interminable des procès qui est un calvaire pour les victimes et / ou leur famille.

Il reconnaît et souligne l’action exemplaire et efficace de la Fédération, l’importance du réseau vital, établi grâce au dévouement sans faille et à l’extrême compétence de la Présidente face à des personnes dans la souffrance.

Il conclue en disant que Mme CELANT est une grande DAME qui respire la générosité et le don de soi. Son travail et elle-même méritent un respect inconditionnel à tous les niveaux.

La parole est donnée au Docteur Larissa  KOSAKEVITCH-RICBOURG, expert psychiatre auprès des tribunaux qui va dans les prisons à la rencontre des criminels.

Elle se déclare bouleversée par tout ce qu’elle a entendu au cours de cette AG.

Elle rappelle son expérience vécue auprès d’un malade sexuel-violeur et pense que ce trouble du comportement pourrait être détecté dès l’enfance à condition d’en avoir les moyens.

Personne ne parle des problèmes sexuels qui semblent encore tabous dans notre société.

Est-ce une anomalie ou une maladie ??

Enorme problème non résolu : qu’est-ce une victime et son violeur ? Elle ne peut répondre mais estime que c’est là une grande préoccupation qui devrait être prise au sérieux.

Elle pense que le monde médical se contente de la situation actuelle et de son état, un flou parfait existe au niveau des compétences, la psychiatrie se porte mal, les procureurs demandent trop d’expertises, négligeant parfois de petites infractions qui risquent de devenir grandes.

S’adressant aux familles, elle démontre le besoin légitime de vengeance, le temps n’arrange pas tout, tuer un enfant procure une révolte qu’aucune institution ne peut guérir.

Mais elle met en garde, la faille peut passer pour violente et ajoute à la violence, une victime ne pourra avancer qu’avec le temps, après l’enfer.

M. SCHNEIDER demande la parole afin de rectifier la motion de temps.

Il rappelle qu’en Allemagne, le temps maximum pour une peine est de 10 ans.

Il évoque le comportement de l’avocat du meurtrier de son fils, meurtrier dont la détention se passait mal, il acceptait mal l’enfermement, devenait violent refusant toute thérapie. Il faut préciser qu’en Allemagne, il n’y a pas de remise de peine. A sa sortie de prison, il devrait être expulsé vers son pays d’origine, si des défenseurs des Droits de l’Homme ne s’y opposent pas !!

<< La société est faîte d’observateurs qui donnent une notion d’espérance sinon la vie n’aurait plus de sens, pour la famille qui est passé dans le portail, doit commencer un travail thérapeutique pour garder le souvenir de ce qui était avant.

Il faut traiter le meurtrier par le mépris, l’oublier pour s’aider à revivre, s’y attacher en permanence fait qu’on s’enfonce>> M . SCHNEIDER.

Me Bernard FIGARD prendra la parole à son tour pour rappeler, la mort de sa fille  Céline il y a 16 ans par un routier en ANGLETERRE,  la difficulté de la langue,  de l’enquête ou il a participé avec les enquêteurs Anglais et du procès ou la famille est complètement en retrait. La rapidité de la justice par rapport à la France.

M. RAISON, Député Maire de LUXEUIL LES BAINS, prend la parole.

Il rappelle avec modestie la difficulté de faire son travail en toute conscience et avec efficacité dans le cas de drames vécus par ces familles, soulignant que personne ne peut se mettre à leur place, donc, ne peut que compatir. La société, imparfaite, est constituée entre autres individus, de citoyens malades non détectés à temps. Comment parler de traitement ou de prévention dans ce cas ?

Il loue la façon impressionnante de Mme CELANT pour obtenir des contacts et les motiver.

Il regrette de voir la Fédération si peu créditée eu égard à son action, est-ce par peur de s’approcher des victimes, on défend plus difficilement une cause qui n’a pas un impact médiatique.

C’est un combat difficile que faire passer des évolutions de la société  de même que de faire bouger les lobbying parlementaires afin de faire un véritable travail administratif et législatif. Il faut aller au devant des citoyens.

En conclusion, il promet de tout faire pour maintenir la subvention de 1000 E ; Applaudissements !!

Clôture de la séance à 13h15 après un rappel de Mme la Présidente à l’égard de M. MOUGEL qui s’était approprié la parole, vu sa très grande souffrance. La salle devait être libérée.

Elle rappelle que chacun peut être, un jour, touché d’un côté comme de l’autre, passant de victime à bourreau ou vice versa   (Cas RANUCCI / REMBLA°. )

Il faut être prudent et humble devant la colère et la haine.

Dans son ensemble, cette AG s’est déroulée dans une grande dignité en dépit des rancoeurs de familles meurtries.

Chacun a pu s’exprimer en son âme et conscience.

Levée de la séance. 13h15.

Les participants se retrouvent soit pour faire connaissance soit pour échanger à nouveau autour d’un sympathique buffet campagnard qui lui fait l’unanimité des félicitations pour sa qualité.

A l’issue de cet échange Mme ROST proposera à Mme et Mr  SCHNEIDER de traduire en Français  le livre écrit à deux mains en Allemand à la mémoire d’YVAN.<< VOM WERT DES LEBENS :>>

 

assemble769ege769ne769raledelafpasvv2011vesoul039.jpg

Laisser un commentaire




LA P'TITE FABRIQUE |
Le Chant des Elfes |
LES JOGGERS DE LA CHOUETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Youki Heureux
| Jeunesse entreprenante
| magalibouchet